Têtes de violon – Identifier, cueillir et cuisiner

C’est le temps de l’année où je suis ultra excitée de recommencer à aller cueillir dans la nature.

J’ai réalisé dans les dernières années qu’on a perdu notre savoir de ce qui est comestible ou non dans la nature et je trouve que c’est un savoir qui est tellement important de partager. La cueillette sauvage c’est comme avoir un jardin gratuit et sans grand effort! Ça peut aussi être l’extension du jardin 😉

Dans les dernières années, je m’intéresse énormément à la cueillette sauvage et les têtes de violon, c’est une de mes découverte préférées!!

Les têtes de violon sont ultra faciles à cueillir et vraiment délicieuses. On peut aussi les trouver en épicerie si on est pas à l’aise avec la cueillette ou qu’on a pas le temps !

Le goût et la texture est un mélange entre les haricots et la fleur d’ail (à mon avis)! Mais réellement à chaque fois que j’en mange, je trouve que ça goûte le printemps hihi!!

Ce qu’on appelle les têtes de violon sont en fait les jeunes pousses de la fougère de l’autruche.

IDENTIFICATION

Une partie super importante de la cueillette sauvage, c’est l’identification.

Pour ce qui est des têtes de violon, c’est assez simple et impossible de se tromper une fois qu’on a identifié la fougère de l’autruche une fois.

Il y a beaucoup de variétés de fougères, mais celle qui est comestible c’est la fougère de l’autruche.

La fougère de l’autruche se distingue bien des autres types de fougères parce qu’elle :

  • N’a pas de poil.
  • A des écailles brunâtres.
  • Pousse en groupe de 5-8 pousses (jamais une pousse toute seule).
  • Un vert très éclatant.

CUEILLETTE

Au Québec, on cueille les têtes de violon durant le mois de mai.

Quand on fait de la cueillette sauvage, c’est super important d’être respectueux aussi bien par rapport à la quantité qu’on cueille qu’à l’endroit où l’on cueille. Faites attention de cueillir dans des endroits où s’est permit et surtout de ne pas cueillir dans les endroits protégés comme les parcs provinciaux ou nationaux.

Pour assurer la survie du plant (ici de fougère), l’idéal c’est de ne pas cueillir plus de 50% des jeunes pousses d’un même plant. Ça peut être très tentant de cueillir plus, mais rappelons-nous qu’on dépend de la biodiversité de la nature pour être en vie.

On veut vraiment cueillir la jeune pousse. Quand la fougère est déroulée, elle n’est plus comestible. Je trouve que la façon la plus simple de les cueillir c’est de casser la tige avec les mains.

CUISINER LES TÊTES DE VIOLON

Pour l’apprêter, on commence par les rincer à grande eau pour enlever la terre et les écailles brunes.

Ensuite, on les faire bouillir ou cuire à vapeur de 10 à 12 minutes. Cette étape est vraiment importante parce que si on les consomme crues ou pas assez cuites, elles peuvent être toxiques. La toxine est libérée dans l’eau de cuisson, donc on jette l’eau de cuisson et ensuite on transfert les têtes de violon dans de l’eau glacée ou très froide pour arrêter la cuisson.

Après cette étape, on peut les utiliser comme on veut.

Voici quelques idées pour intégrer les têtes de violon à votre cuisine :

  • Sautées dans la poêle avec un peu d’huile, de sel et d’ail frais
  • Dans un sauté de légumes
  • Sautées dans la poêle avec un peu d’huile et de jus de citron et ajouter dans une salade
  • En garniture dans un bol dragon ou dans une crêpe salée
  • Dans un potage ou une soupe
  • Marinées ou lactofermentées

Une fois blanchies, on peut aussi les congeler et les conserver pour en avoir un peu plus tard dans l’année!

Bonne cueillette et/ou bonne dégustation 🙂

Têtes de violon – Identifier, cueillir et cuisiner

Ingrédients

Préparation

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *